Coups de coeur

CELLES ET CEUX QUI M’ONT ÉMUE…

de-luca-erri-couv-le-plus-et-le-moins

«J’ai touché l’immense en peu d’espace, l’épuisement du corps et l’énergie absorbée par un fruit cru de mer. J’étais une chose de la nature exposée à la saison. Je donnais le nom de l’île à cette liberté. Si je ne suis pas une strate jaune de sa croûte craquelée, fendue par les vignes qui la forent, si des chardons ne poussent pas de mes yeux, si je ne rêve pas la nuit comme un rocher balancé par des bradyséismes, je ne pourrai pas apprendre.»

Ischia, Naples, Turin, Paris, les Dolomites – les indications géographiques qui parcourent les trente-sept textes réunis ici sont autant de points de repère biographiques de la vie d’Erri De Luca. La liberté rencontrée dans la nature tout autant que dans les luttes politiques, la fraternité entre travailleurs et le partage avec l’étranger, la lecture de la Bible et la figure de l’ange, voilà quelques-uns des motifs que tisse l’écrivain italien dans Le plus et le moins. Un livre inclassable et iconoclaste qui éclaire l’œuvre et le parcours d’un des auteurs les plus singuliers de notre temps.


encore-des-nouilles« En choisissant ce titre, je pensais le justifier dans ces colonnes au retour d’une escapade vénitienne ou d’une échappée florentine. Or, c’est du Québec, où j’ai assumé pendant dix jours mes responsabilités de clown francophone, que je rentre aujourd’hui, et du Québec aussi que je rapporte, outre un rebutant porte-clés en pépé phoque pour mon aînée, et un improbable cache-pot en genou de caribou pour ma cadette, le plus riche souvenir de pâtes alimentaires que nouillophile puisse rêver. »
Si Pierre Desproges fut «nouillophile», il était surtout, au sens plus large, un grand amateur de cuisine et de vins. Déjà dans les réquisitoires du Tribunal des fragrants délires, il affirmait: «C’est très important de bien manger. Personnellement, je me suis toujours méfié des gens qui n’aimaient pas les plaisirs de la table.»
«Encore des nouilles», ce sont au départ des textes que Desproges écrivit entre 1984 et 1985 pour la revue Cuisine et Vins de France. Ces chroniques, rassemblées pour la première fois en volume, accompagnées de textes qui ont trait à la cuisine, à son amour de la chair et de la chère, sont illustrées par les dessinateurs de Charlie Hebdo.


katarina-mazetti

En croisière sur l’Orlovsky, Tomas et Wilma filent vers l’Antarctique. Lui, a élu les icebergs comme lieu idéal pour mettre fin à ses jours.

Elle, reste d’un inébranlable optimisme malgré le secret qui assombrit sa vie. Sur le paquebot, la globe-trotteuse Alba répertorie les similitudes entre humains et animaux. Et elle dispose d’un beau panel face à un épaulard tueur, une poignée d’éléphants de mer plutôt mal élevés, et environ quatre cent mille manchots royaux.

Un roman frissonnant sur l’amour et l’amitié, et l’avenir de la planète.


cvt_le-bal-mecanique_6111Un soir de 1929, la prestigieuse école du Bauhaus, à Dessau, a donné un bal costumé. C’était avant que les nazis ne dévorent l’Europe, c’était un temps où l’on pouvait encore croire au progrès, à l’Art et au sens de l’Histoire.
Pendant ce bal, une jeune femme, Magda, a dansé, bu et aimé.

Quel rapport avec Josh Shors, animateur à Chicago d’une émission de téléréalité dont le succès tapageur mêle décoration d’intérieur et thérapie familiale ? Quel rapport avec son père, Carl, peintre oublié qui finit sa vie à Saint-Paul-de-Vence, hanté par les fantômes de la guerre de Corée et les mensonges d’une enfance déracinée ? Quel rapport avec Cornelius Gurlitt, cet homme discret chez qui on a découvert en 2012 la plus grande collection d’art spoliée par le IIIe Reich ? Quel rapport avec le marchand d’art Theodor Grenzberg, qui poursuit sa femme, Luise, dans la folle nuit berlinoise ? Quel rapport avec Gropius, Klee, Rothko, Marx, Scriabine, l’obsession de la résilience et Ikea ?


william-boyd

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, la très jeune Amory Clay se voit offrir par son oncle Greville un appareil photo et quelques conseils rudimentaires pour s’en servir. Elle ignore alors que c’est le déclencheur d’une passion qui façonnera irrévocablement sa vie future.

Un bref apprentissage dans un studio et des portraits de la bonne société laissent Amory sur sa faim. Sa quête de vie, d’amour et d’expression artistique l’emporte bientôt dans un parcours audacieux et trépidant, du Berlin interlope des années vingt au New York des années trente, de Londres secoué par les émeutes des Chemises noires à la France occupée et au théâtre des opérations militaires, où elle devient l’une des premières femmes photoreporters de guerre.
Sa soif d’expériences entraîne Amory vers d’autres conflits, des amants, un mari, des enfants, tandis qu’elle continue à poursuivre ses rêves, à combattre ses démons.
À travers le destin singulier et l’objectif téméraire d’une femme indépendante et généreuse, William Boyd nous promène au gré des événements les plus marquants de l’histoire contemporaine.


LED BY HER

Atelier d'écriture auprès des membres de l'association LED BY HER. Un moment convivial et chaleureux

Atelier d’écriture auprès des membres de l’association LED BY HER. Un moment convivial et chaleureux

Depuis plus d’un an, Sylvie Le Bihan est engagée dans l’association LED BY HER, avec un seul objectif : aider les femmes qui, comme elle, ont été victimes de violences conjugales. Par le biais d’ateliers d’écriture, elle leur donne la possibilité de libérer leur parole en s’amusant.